Pristina
facebooktwittergoogle_plusyoutubeinstagramfoursquarefacebooktwittergoogle_plusyoutubeinstagramfoursquare

Pristina est la plus grande ville et la capitale de la Province autonome de Kosovo-et-Métochie et représente son centre économique, culturel et universitaire. Elle s’étend sur la partie nord-est de la vallée de Kosovo, sous la montagne Grmija. Elle se trouve à 365 km de Belgrade, à 136 km de Nis, au croisement de routes importantes qui mènent vers la Macédoine, le Monténégro et l’Albanie. Pristina est traversée par la rivière Velusa, qui se jette dans la Pristevka dans la ville de Pristina et ensuite dans la Sitnica. Pristina possède un aéroport international qui se trouve à Slatina.

On estime que plus de 500 000 d’habitants vivent aujourd’hui à Pristina. La majorité sont des Albanais, et les autres communautés ethniques sont les Turcs, Serbes, Bosniaques et Roma. Après le bombardement de l’OTAN de la Yougoslavie en 1999, environ 40 000 Serbes ont quitté Pristina. Près de Pristina se trouvent deux agglomérations relativement grandes, Obilic et Kosovo Polje.

À proximité de Pristina se trouvent les vestiges d’une agglomération de l’époque du Néolithique. À l’époque antique, dans les alentours de Pristina se trouvait une agglomération romaine, Vicianum, et près de Gracanica, les vestiges d’Ulpiana, une ville romaine fondée au IIe siècle à l’époque de l’empereur Trajan.

Pristina eut son apogée au XIVe et XVe siècle, lorsqu’elle devint le centre minier et commercial, se trouvant sur la route Dubrovnik-Constantinople. Pendant une période, c’était la capitale des souverains serbes, tandis que pendant la domination ottomane, l’importance de Pristina diminua, jusqu’en 1875 lorsqu’elle devint le centre du Sandjac (unité territoriale) ottoman. Pristina fut libérée des Turcs en 1912. Jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle garda l’apparence d’une ville orientale, avec de petites maison en adobe. Après la guerre, suite à une construction intensive, elle devient une ville moderne. Grâce à ce contraste de l’ancien et du nouveau dans l’architecture et un grand nombre de monuments culturels et historiques, Pristina représente un site touristique intéressant. Les monuments culturels et historiques les plus importants de l’époque ottomane à Pristina sont la Mosquée impériale (Carska dzamija) du XVe siècle, la Mosquée Tas (Tas-dzamija), la Tour de l’horloge (Sahat-kula), la Maison Emindzika qui représente une maison orientale bourgeoise typique du XIXe siècle et autres.

Au sud de Pristina se trouve le monastère de Gracanica, fondée en 1321 par le roi Milutin, un des plus beaux monastères médiévaux. Le monument de Gazimestan, près de Pristina, marque l’endroit de la bataille de Kosovo polje lorsque, en 1389, les Ottomans vainquirent l’armée serbe guidée par le prince Lazar et ouvrirent la voie pour les conquêtes ultérieures de l’Europe.

Le lac de Gracanica, qui approvisionne la ville en eau par le système « Badovac », se trouve à 15 km au sud de la ville, vers Gnjilane. Les environs de Pristina offrent d’excellentes possibilités pour le tourisme de chasse et de pêche. Le terrain de chasse Lipovica, à 35 km au sud-est de Pristina, est riche en cerf, chevreuil, sanglier, mouflon et lapin. À 25 km au nord-est de Pristina se trouve le lac artificiel de Batlaj, riche en poisson, brochet et truite de Californie. Les alentours du lac sont couverts en forêts et les montagnes Koznica et Golja abondent en petit et gros gibier (chevreuil, cerf, lapin, faisan, perdrix, canard colvert). Les rivières voisines – Sitnica, Lab et Drenica sont riches en poisson (silure, carpe, brochet). La montagne Grmija se trouve à 6 km à l’est de Pristina, sur une hauteur de 700 à 1100 m. C’est le site préféré pour les excursions et le centre récréatif des habitants de Pristina.

Pristina se trouve sur le territoire de la Province autonome de Kosovo-et-Métochie, actuellement sous l’administration de la MINUK.

facebooktwittergoogle_pluspinterestmailfacebooktwittergoogle_pluspinterestmail