Monastères de la Morava

L’école architecturale de la Morava, en tant que la dernière époque stylistique de l’art médiéval serbe, a duré de 1371 à 1427. Cependant, ses influences peuvent être suivies jusqu’à la perte de l’indépendance serbe en 1459, lorsque, avec une discontinuité dans la création artistique, disparaissent ses derniers éléments authentiques.

Sur l’espace presque désert et vide de Pomoravlje et des régions voisines, s’est développé un art qui synthétisait certaines influences antérieures de Byzance et de Serbie en leur rajoutant certaines représentations de la conception autochtone, surtout dans le domaine de l’architecture. La Serbie, en tant qu’un des derniers États orthodoxes libres dans les Balkans, est devenue l’oasis et le point de convergence de nombreux gens doués et savants, parmi lesquels les architectes, peintres et écrivains ont donné la plus importante contribution à cette renaissance artistique et culturelle.

Dans l’architecture des monuments sacrés de la Serbie de la Morava, l’ancienne forme du chœur triconque est rétablie, qui a été apportée de la Sainte-Montagne à travers la Macédoine. Par la disposition et le rythme progressifs des volumes, une certaine verticalité des bâtiments a été créée, surpassés seulement par une coupole centrale ou cinq coupoles – centrales et des angles. Les façades bâties en pierre ou en brique, séparées par les corniches, les arcades et les archivoltes, décorées avec des tresses sculptées de façons différentes et des rosaces, des ornements en céramoplastique et d’autres décorations en relief autour des fenêtres et portes, donnent aux églises et monastères de la Morava, un goût subtil et un sentiment poétique de leurs maçons et mécènes.

Manasija

Ravanica

Kalenic